28 juin 2018 : RÉSISTER, REVENDIQUER, RECONQUÉRIR !

Après :

- le gel des salaires,
- la casse du code du travail,
- les attaques envers les demandeurs d’emploi,
- le retour du jour de carence dans la Fonction Publique,
- l’augmentation de la CSG,
- la remise en cause des droits à retraites complémentaires obligatoires AGIRCARRCO
- la  réforme ferroviaire,
- les attaques contre les conventions collectives et le Statut de la Fonction Publique

Une nouvelle offensive « en marche » s’annonce par des attaques conséquentes envers nos conquis sociaux :

-fin de notre système solidaire de retraite,
-fin des régimes spécifiques et des pensions de réversion,
-suppression du statut des fonctionnaires et recours massif aux contractuels,
-annonce d’un 2ème jour férié travaillé non payé,
-une volonté de réformer l’action sociale,
-la réduction des financements des collectivités locales pour le handicap et les personnes âgées 
-le plan d’économie de 1.2 milliards d’€ d’ici 2022 dans les hôpitaux avec la suppression d’au moins 35 000 postes…

Mais où sont les promesses du candidat Macron de ne pas toucher aux effectifs hospitaliers ? Rien n’arrête le Président de la République dans sa politique d’austérité pour mieux rémunérer les intérêts des Ultras riches ! Les professionnel.le.s de la Santé et de l’Action Sociale rejettent cette politique de la finance qui méprise les usagers, les résident.e.s et les salarié.e.s. Ils dénoncent la réduction des moyens de fonctionnement alloués aux établissements et structures du social et médico-social. On entend partout que les urgences sont saturées, que les établissements psychiatriques sont  déshumanisés, que les services de protection de l’enfance n’ont de protection que le nom, que nos aîné.e.s sont maltraité.e.s ou délaissé.e.s dans les EHPAD ou les services de soins à domicile… Face à ces choix politiques autoritaires du financier MACRON au profit du MEDEF et des actionnaires, les professionnel.le.s ont développé des résistances, des luttes de services, d’établissements, dans tous les secteurs de la Santé et de l’Action Sociale, qu’ils soient publics, associatifs ou « lucratifs ».
Leurs victoires sont bien la preuve que les salariés, unis et solidaires, peuvent faire plier les dirigeants! Pour que le gouvernement change de logique, nous avons besoin de la mobilisation de tous et toutes.

Exigeons très fort d’avoir :

- les moyens d’articuler vie privée et vie professionnelle
- les moyens de bien travailler pour une prise en charge ou un accompagnement de qualité de nos patient.e.s ou résident.e.s
- une reconnaissance salariale de nos qualifications et une revalorisation des pensions
- une protection sociale de haut niveau pour la santé, la retraite,les droits familiaux, l’emploi...
- des conventions collectives et un statut de la Fonction Publique de haut niveau
- l’égalité professionnelle

TOUS ENSEMBLE LE 28 JUIN à NICE 10 H PLACE GARIBALDI

Uni.e.s et déterminé.e.s, les salarié.e.s détiennent le pouvoir
de faire changer les choses ! Il est donc urgent de se mobiliser.

Tract Interprofessionnel pour le 28 juin ici

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *