Faut il toujours se soumettre à l’autorité ? (vidéo de 1 min 50 )

A DES MOMENTS IL FAUT SAVOIR DIRE STOP….DIRE NON…
N’OUBLIONS JAMAIS QUE NOUS RESTONS RESPONSABLE DE NOS ACTES….DE CEUX QUI NOUS INCOMBE…
SACHEZ DIRE STOP QUAND CE N’EST PLUS POSSIBLE….SI VOUS NE VOULEZ PAS QU’A TERME ON VOUS APPORTE DES ORANGES….

Stanley Milgram (1933-1984) est un psychologue social américain. Il est principalement connu pour son expérience sur la soumission à l’autorité et l’expérience dit du petit monde (l’hypothèse étant que chacun puisse être relié à n’importe quel autre individu par une courte chaîne de relations sociales). Un ET QU’an avant la parution de son premier article en 1962 sur l’étude de la soumission à l’autorité, Milgram fut mis au ban de l’Américain Psychological Association à cause des problèmes d’éthique que soulevaient alors ses recherches. Il ne publia qu’en 1974, son ouvrage le plus connu et le plus controversé : La soumission à l’autorité.
Le but est d’étudier la réaction d’un individu placé au centre d’un conflit entre sa conscience et l’autorité. Ces expériences visent à déterminer où finit la soumission à l’autorité et où commence la responsabilité de l’individu ; comment concilier les impératifs de l’autorité avec la voix de la conscience. S. Milgram s’est penché sur des événements pendant lesquels des atrocités, découlant d’une extraordinaire soumission à l’autorité, ont été pratiquées. Il a notamment mené des investigations sur les atrocités menées par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale. Il a mis en avant le fait que ces pratiques pouvaient se retrouver dans la vie courante sous diverses formes et que la probabilité de soumission dépendait principalement de la situation exacte dans laquelle l’individu est placé. Milgram étudie 18 conditions expérimentales.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.